Les inégalités sociales au coeur d'une stratégie d'inclusion numérique.



  • L'exclusion numérique recouvre les inégalités sociales, qu'elles soient territoriales ou socio-économiques. Ce constat est régulièrement remis en lumière tant par le rapport de l'Arcep (41% des non-diplômés déclarent n'avoir jamais eu l'occasion d'apprendr eà utiliser les outils numériques, 42% des personnes dans les villes moyennes déclarent ne pas du tout profiter des opportunités offertes par le numérique contre 22% des habitants de l'agglomération parisienne ... ) que par les travaux de chercheurs. Touefois les résultatx du programme Capacity, vont plus loin dans les analyses et permettent d'affirmer que le numérique est un facteur d'augmentation de ces inégalités sociales. Non pas qu'il en soit la cause mais, permettant à ceux qui le maitrise d'apprendre plus, de plus cultiver leurs réseaux socio-professionnels, se former, etc... mécaniquement les plus aisés, vont plus vite ! (Capacity - porté par la Fing et GIS Marsouin).

    Les petits débrouillards souhaitent en conséquence travailler à la réduction de ces inégalités en allant à la rencontre des publics les moins autonomes dans leurs usages. Il s'agit de mettre en place des actions pédagogiques grand public, de participer à des événementiels, de s'installer dans les quartiers, au pied des immeubles, dans les structures d'accueil, de loisirs et de formation pour rencontrer les publics. Comme nous le faisons depuis plus de 35 ans, nous savons que la culture numérique - tout comme la culture scientifique et technique - se cultive au plus près de chaque citoyen afin de le rendre curieux, autonome et responsable. En allant à leur rencontre des publics et des pratiques, nous devons nous réinventer en permanence, en prenant la forme d'actions ponctuelles (pour alors enrichir la programmation culturelle locale), plus réguulières ou même en prenant la forme de projets pédagogiques se déployant dans le temps. Animer la vie démocratique sur les enjeux du numérique c'est aussi être présent dans les bars, les médiathèques, sur les places de ville, pour créer des rencontres inattendues sur les sujets qui seccouent notre société. (se former, intelligence artificielle, jeux vidéo et jeunesse, parentalité, protection de la vie privée, liberté d'expression,...).

    Nos actions s'imaginent et s'expriment sur les territoire en collaboration fine avec les structures dont la mission est l'identification et l'accompagnement des publics : missions locales, pôle emplois, offices des retraités, acteurs de loisirs et de la formation, ... Les dynamiques partenariales engagées avec ces acteurs nous amène à proposer des offres de formation à destination des professionnels afin de mieux cerner les public et leurs enjeux. Toutefois un efort particulier serait à mener envers :
    -les parents pour l'accompagnement éducatif
    -les jeunes en situation de difficulté sociale
    -les personnes en situation d'exclusion professionnelle


Log in to reply