recueillir la parole des populations non "incluses"



  • bonjour
    partant du postulat que les publics cible incluent une partie non négligeable de personnes soit n'ayant pas d'accès ou de matériel adapté, soit non familiarisée voire non intéressée... et que ces personnes qui sont parmi les plus fragiles sont également les moins incluses et souvent en situation de précarité à 1 ou plusieurs titres, ponctuellement ou de manière durable il parait important de se poser la question de savoir comment recueillir leur parole directement

    même si c''est un progrès indéniable que ce mode participatif direct à la construction des réponses y compris réglementaires , le constat est qu'en effet les consultations sont faites très majoritairement par voie dématérialisée... au risque de ne pas toucher la population cible ... et donc de ne pas recueillir son expression directe

    même si les professionnels au contact des usagers peuvent tout à fait relayer leur parole .. ne serait il pas intéressant de la recueillir directement et librement en dehors de toute autre contingence ou contexte perçu comme tel ...



  • Bonjour,

    Je travaille comme chargé de développement au Conseil départemental de la Charente sur le volet inclusion numérique.
    Nous travaillons conjointement avec la CAF de la Charente à la rédaction d'un questionnaire papier à l'attention des bénéficiaires du rSa.

    L'objectif de ce questionnaire est de pouvoir identifier les différents niveaux d'appropriation de l'outil informatique et du numérique qu’ont les allocataires du rSa afin de pouvoir travailler une offre de formation adaptée.

    Pour ce faire, le questionnaire (qui sera sous format papier) sera donc rempli par les travailleurs sociaux et nos partenaires de l'insertion travaillant sur des bilans diagnostics des usagers à leur entrée dans le dispositif.

    Existe t'il des actions similaires actuellement dans d'autres départements ?



  • bonjour,
    je partage cette approche mais en soulignant que cette difficulté ne touche pas seulement les populations . la grande majorité de la population est de fait complètement en dehors de ce type de pratiques? C'est tout particulièrement vrai des acteurs associatifs qui devraient et pourraient être des interlocuteurs de premier plan pour faire circuler, recueillir la parole. la fracture numérique est là aussi.
    J'anime un réseau associatif régional sur le camp de l'éducation populaire en Normandie . Cette forme de consultation les dépasse complètement.
    La démarche est peut-êtrr utile, mais elle ne peut en rester là si nus voulons être en phase avec la vie quotidienne des gens.


Log in to reply