Un nouveau moyen de financer les dispositifs d'inclusion numérique?



  • Objectif : Documenter les réflexions portant sur la diversité des modes d'action publiques, de partenariats pour un financement plus efficace et plus aligné sur les besoins des acteurs de l'inclusion numérique.

    La cartographie des pistes de nouvelles sources de financement est mise à jour régulièrement par la Mission Société Numérique et disponible en suivant ce lien (pas encore de contribution à montrer)

    Si elle vous semble incomplète, vous pouvez placer votre contribution en réponse à ce sujet.

    Les animateurs de la plate-forme s’assureront que vos informations sont bien utilisées par les rapporteurs et prendront contact avec vous si besoin.

    Si vous souhaitez faire remonter un scénario original qui permet déjà ou permettrait de pourvoir aux besoins des acteurs, votre contribution est importante.



  • Au sein de l'agglomération Grand Paris Sud, je travaille avec la direction de l'innovation de Pôle Emploi pour expérimenter un service civique alternant, appliqué à l'inclusion numérique. Le montage de l'action, notamment financier, est en cours.
    0_1516351215857_Hub T atelier numérique.jpg



  • @mission-société-numérique

    Il ya un principe qui pourrait être relativement simple "celui qui dématérialise paye".
    Quand les annonces de pole emploi ont été dématérialisées, le public est venu dans l'epn non seulement pour les consulter mais aussi pour accompagner les demandeurs d'emplois dans leurs démarches.
    Or qui a misison d'accompagner les demanderus d'emplois ? : Pôle emploi
    Qui dédommage l'epn pour la mission qu'il effectue en plus de Pole emploi (quand c'est pas à la place ) ? personne

    Ajoutez la caf, les cartes grises, les impots et vous avez déjà une source de financement évidente .



  • @loicgervais

    Bonjour,
    Je rejoins la réflexion. Travaillant dans un centre social agréé par la CAF auquel est adossé un EPN nous avons constaté ces dernières années un accroissement des demandes pour accéder aux services publics dématérialisés. Les personnels d'accueil ont du s'auto-former à l'utilisation des sites pour certains c'est le parcours du combattant ce à quoi vous ajoutez des institutions et collectivités qui réduisent leur accueil (pour prendre un rdv à la CAF il faut passer par internet, faire une carte grise alors que le site dysfonctionne et en parallèle des privés qui ont saisi le filon pour faire payer le service ....).
    Nos structures n'ont pas des moyens extensibles , les EPN ne sont plus financés et l'effet induit par la dématérialisation doit être pris en compte par les institutions et les collectivités.



  • @loicgervais a dit dans Un nouveau moyen de financer les dispositifs d'inclusion numérique? :

    Qui dédommage l'epn pour la mission qu'il effectue en plus de Pole emploi (quand c'est pas à la place ) ? personne

    Ajoutez la caf, les cartes grises, les impots et vous avez déjà une source de financement évidente .

    +10000.

    Les dématérialisations sont soi-disant toujours sources d'économies. Les administrations sont d'ailleurs souvent très fières d'annoncer ces économies. Eh bien lissons-les sur 3 ans : si je dématérialise N procédures en 2018 pour une économie budgétaire annoncée de 1M€/an, je finance à hauteur de 750k€ la formation d'accompagnant·e·s sur ces procédures, puis à hauteur de 500k€ en 2019, puis à hauteur de 250k€ en 2020.
    L'inclusion numérique est financée de manière juste et pérenne.

    Reste plus qu'à construire le véhicule législatif et à convaincre que l'administration source elle-même y trouve son compte puisque l'adoption de sa démat est facilitée (plus besoin de budget com' !), les contentieux sont diminués et le support externalisé.

    Si on arrivait en plus à évaluer correctement les coûts réels de formation, on aurait une énorme incentive à créer des outils simples et standardisés, une version numérique du principe pollueur-payeur.

    Au passage, c'est une implémentation comme une autre du concept d'assisted digital décrit par GOV.UK :

    If you’re building a digital service, you must provide help for people who need to use it but don’t have the skills or access to do so on their own.



  • Mesurer l'impact socio-économique de la médiation numérique

    La médiation numérique, qui a à son actif plusieurs milliers d'acteurs implantés sur tous les territoires pour garantir l'inclusion numérique et sociale d'un public toujours plus nombreux, ne dispose pas aujourd'hui d'outil commun de capitalisation et de mesure de l'activité. Il est pourtant essentiel d'entreprendre une démarche de mesure d'impact de notre secteur. À l'heure de la culture du résultat, la capacité d'évaluation globale des activités de médiation numérique permettra aussi bien de construire un plaidoyer plus efficace pour nouer de nouveaux partenariats financiers que d'optimiser la gestion des ressources. La collecte d'indicateurs et d'éléments d'analyse quantitative et qualitative apparait incontournable pour rendre compte de la valeur du travail accompli par le secteur.

    Une telle démarche fera en effet la preuve de l'efficacité du secteur et sera en outre gage de :

    • performance améliorée et optimisation des ressources financières
    • attractivité accrue et mobilisation de nouveaux partenaires financiers désireux de : mécénat, mécénat de compétences,
    • pilotage des actions plus efficace
    • prise de décision facilitée pour les pouvoirs publics

    L'Avise a ainsi conduit de nombreux travaux à ce sujet et notamment publié ce guide méthodologique :
    http://www.avise.org/sites/default/files/atoms/files/20180108/avise_201712_mde_impact_social_web.pdf


Log in to reply