À propos du groupe de travail 1



  • Ce groupe de travail s’organise autour de l’axe 1 de la stratégie nationale d’inclusion numérique qui consiste à mieux connaître pour mieux atteindre et orienter les bénéficiaires cibles de la Stratégie. Le groupe doit donc travailler à identifier et qualifier les publics qui ont besoin d’un accompagnement aux pratiques numériques afin de construire des parcours permettant d’aller chercher et d’orienter ces publics vers un accompagnement correspondant à leurs besoins.
    Il s’agit dans ce groupe de travailler sur deux thématiques spécifiques :

    1. La définition des différentes catégories d’usagers en situation d’exclusion numérique par la construction d’une typologie de personnes et/ou de territoires ;
    2. Le recensement des diagnostics de compétences numériques existants et la définition d’un référentiel commun de compétences afin d’orienter les usagers vers un accompagnement adapté à leurs besoins
      Des sous-groupes spécifiques pourront être mis en place en fonction des typologies de publics et/ou de territoires identifiés (ex : publics en grande précarité, territoires ruraux, seniors, personnes en situation de handicap).

    Objectifs de travail :

    • Identifier les différentes structures (ou points d’entrée) qui permettent d’atteindre différents publics identifiés comme pouvant bénéficier d’un accompagnement sur le numérique (sous forme d’une matrice avec double entrée personnes / territoires qui identifie les points d’entrée pour atteindre ces personnes)
    • Créer un « guide de sensibilisation à l’inclusion numérique » type foire aux questions / argumentaires / éléments de langage pour sensibiliser tout type de publics-cibles (travailleurs sociaux, « aidants », responsables de structure, élus, collectivités, encadrement intermédiaire, direction générale…) à la prise en compte des enjeux liés au numérique et informer de l’utilité de détecter les personnes qui ont besoin d’accompagnement
    • Recenser les outils de diagnostics des compétences numériques existants
    • Identifier les différents niveaux de compétences auxquels aboutissent les différents outils de diagnostic. Ce travail est à mettre en lien avec le référentiel d’offres de services des lieux de médiation numérique du GT2.

    Premières actions à conduire :

    • Définition des catégories de publics-cibles de la Stratégie
    • Recensement de l’ensemble des structures qui accueillent les publics cibles (mairie, mission locale, CCAS, …) selon les types de territoires – à définir également-
    • Recensement des outils de diagnostic des compétences des usagers et des méthodologies mises en place dans les espaces publics numériques notamment
    • Articulation avec d’autres démarches en cours :
    • Plan de lutte contre la pauvreté, piloté par le Ministère des Solidarités et de la Santé : proposition d’un groupe de travail conjoint entre les deux démarches sur les sujets de lutte contre la grande précarité numérique
    • Expérimentation du coffre-fort numérique
    • Élaboration des Schémas départementaux d’amélioration de l’accessibilité des services au public

    Livrables attendus :

    • Foire aux questions, argumentaires et éléments de langage pour sensibiliser à la prise en compte des enjeux liés au numérique et informer de l’utilité de détecter les personnes qui ont besoin d’accompagnement.
    • Matrice avec double entrée personnes / territoires qui identifie les points d’entrée pour atteindre ces personnes.
    • Liste des outils de diagnostic existants rangés selon 3 catégories - très rapide / un peu plus long / approfondi - avec une courte description du mode d’utilisation de l’outil (durée estimée du diagnostic, outils nécessaires à la réalisation du diagnostic, public cible, agent/personne réalisant le diagnostic, …).
    • Identification des différents niveaux de compétences auxquels aboutissent les différents outils de diagnostic et création d’un référentiel commun de compétences.

    Outils identifiés : Outils de diagnostic comme lesbonsclics, enquêtes nationales (Laboratoire de la mission Société Numérique), référentiel ANSA (en cours), etc.



  • Bonjour, la Communauté de communes du Val d'Amboise va très prochainement lancer Pep'itLab, un service public d'accompagnement des personnes en difficulté avec les usages numériques; ceci après une étude de terrain de plus d'un an afin d'identifier les besoins et les contraintes des publics cibles caractéristiques de notre territoire, aussi variés que les habitants des quartiers prioritaires (QPV) ou des zones rurales, les dirigeants de TPE/PME .....
    Cette expérience certes limitée quant à sa couverture nous a permis de mettre en évidence plusieurs barrières qu'il sera indispensable de lever, telle que par exemple la barrière de confiance entre les habitants des QPV et les pouvoirs publics notamment les jeunes que l'on peine à rencontrer ...et il y a bien d'autres barrières rédhibitoires de ce type à considérer qui relèvent entre autre d'une réelle prise en compte de la sociologie de chaque public cible. A votre disposition pour partager sur cette thématique JM Blanchard



  • @mission-société-numérique
    bonjour, dans vos cibles vous évoquez les personnes et les territoires mais pas les acteurs collectifs. Nous animons un réseau associatif en Normandie. nous pouvons vous témoigner des difficultés rencontrées par une grand nombre de responsables associatifs quel que soit leur âge à faire entrer la gouvernance associative dans l'ère numérique. Il y a certainement un travail à faire ici et nous voulons bien vous y aider.



  • This post is deleted!


  • This post is deleted!


  • Bonjour
    Avant de sensibiliser le public, il faut sensibiliser les directions et gouvernances des institutions et associations.
    J'avoue que depuis 6 mois les mentalités ont bien changé et évolué dans le bon sens.
    Je pense qu'il existe deux niveaux de sensibilisation:
    Le premier étant de faire comprendre à une frange de la population ce qu'est le numérique et comment s'en servir.
    Le second étant de faire prendre conscience aux futurs salariés que certains métiers vont disparaître et qu'il faudra se former sur un autre métier. Pour cela il faut qu'ils en aient conscience.
    A l'école de la deuxième chance de Marseille nous ouvrons une session de préqualification au déploiement de la fibre optique. Il faut que les 18 jeunes soient conscients que dans qq mois ce métier va péricliter et qu'il faudra rebondir. Rebondir sur les IoT, la domotique,... bref qu'ils soient en veille.
    Bonne journée



  • bien d'accord avec l'ordre dans la sensibilisation:
    environ 600 000 élus et 1 800 000 agents territoriaux auxques onpeut ajouter environ 3 000 000 de TPE PME.
    Donc l'association de la médiation et de la formation va dans le bon sens.
    voir le sujet : "sensibilisation des élus et agents locaux aux mutations induites par le numérque".



  • @egov les élus, les agents territoriaux, les dirigeants de PME certes... mais n'oubliez pas les dizaines de milliers de dirigeants associatifs,, les centaines de milliers de bénévoles qui au quotidien sont au contacrt des citoyens. ne réinventons pas la machine à vapeur... Mobilisons les acteurs en place comme les MJC, les centres sociaux, les foyers ruraux...et autres structures . Elles sont partout sur les territoires, Leur mission historique est de qualifier les territoires, de former les citoyens.... mais il faut pour cela les cultiver, les mobiliser les qualifier



  • Je pense s’appuyer sur les espaces informatiques EPN car nous accueillons un panel représentatif de la société (enfants, adultes, seniors, demandeurs d’emploi....).



  • Voir Solidarités numériques et politique de la ville : Un levier pour réduire les inégalités 2011
    http://www.ville.gouv.fr/IMG/pdf/Reperes_Solidarites_numeriques_2011.pdf





  • @formahicham En Normandie les EPN sont en nombre limité et leurs activités visent en priorité des niches. Le tissu associatif "ordinaire" par exemple peine à utiliser ces outils. Les EPN ne sont couvrent pas le territoire. Dans une démarche inclusive il faut être partout. Dans chaque canton de france on trouve une MJC ou un centre social, un foyer rural, une maison pour tous, un centre de loisirs, une amicale laique.... Ces structures locales mise en place par la la Veme République pour accompagner le développement des territoires pourraient être ici mises à contribution. Il suffit de les mobiliser et les accompagner


Log in to reply